Routine repas de semaine

Routine repas de la semaine

Pour réussir à avoir une alimentation seine et équilibrée au moins la semaine, il faut de l’organisation et de l’imagination. Personnellement je fais mes courses une seule fois par semaine donc il faut essayer de penser à tout et d’anticiper les repas. Au-delà de cela, ce qui nous manque souvent c’est les idées de recette et c’est d’autant plus vrai quand on veut faire de la cuisine diététique.

Alors voici quelques conseils sur le sujet 🙂

Lorsque que vous faites votre liste de courses, n’essayez pas de prévoir de manière ultra précise tous les repas de la semaine, du midi et du soir et ce pour plusieurs raisons : 

– Vous allez exploser votre budget : une recette différente à chaque repas signifie beaucoup d’ingrédients et donc une note salée à la caisse.

– Vous allez aussi vite en avoir marre : nous avons tous des vies bien remplies et pas le temps de se lancer à tout moment dans un boeuf bourguignon, le but est donc de se simplifier la vie tout en mangeant du fait maison.

– Cela peut-être décourageant de chercher tous les jours une recette différente de la précédente surtout quand on veut faire attention à sa ligne, on est vite à court d’idée.

Par contre, si vous prenez les bons réflexes et que vous vous penchez un peu sur la question, vous pourrez gagner du temps et bien manger presque tout le temps.

.

Voici comment je procède : je pense à seulement quelques recettes que j’ai envie de faire pour la semaine à venir et pour lesquelles j’ai besoin d’ingrédients particuliers (lait de coco ou mozzarella etc). Pour le reste, je sais que mon but est de manger varié et sein donc je prends des légumes et des fruits (de saison la plupart du temps) sans forcément avoir une idée précise de ce que je vais en faire. Ce procédé me force à manger varier car je dois bien faire avec ce que j’ai dans mon frigo et cela me permet aussi de me creuser les méninges pour accommoder chaque met. En faite, les idées me viennent d’avantage quand j’ai une sélection limitée à ma disposition plutôt que quand je suis au supermarché et que je peux acheter tout et n’importe quoi.

C’est un peu le principe des paniers locaux que l’on peut commander prêt de chez soit (c’est d’ailleurs un système au-quel je pense faire appel très prochainement). 

Cette technique est d’autant plus efficace l’hiver ou on est très limités en choix durant plusieurs mois et ou il faut se faire violence pour aller vers des légumes pas forcément sexy de prime abord : chou, navets, fenouil etc. Mais on peut être agréablement surpris si on se de donne un peu de mal aux fourneaux ^^

Voici des photos de mes assiettes de semaine pour que vous puissiez mieux vous faire une idée.

Carottes, chou-fleur, butternut
Butternut, navets, pâtes aux poids cassés
Butternut, purée brocolies, pâtes au pois chiche
Hâché végé à la tomate, haricots verts, pâtes au pois chiche
Butternut, purée de céleri, quinoa
Épinards frais, chou rouge, butternut, œufs mollets
Chou rouge, butternut, pâtes au poids chiche, omelette vegan
Gratin de chou fleur, butternut, tofu au curry
Haricots verts, butternut, sauce tomate, pâtes complètes, purée de céleri
Pommes de terre, chou fleur, champignons, seitan
Boulettes végé, lentilles, carottes
Chou rouge, lentilles corail, riz, haché végé, sauce tomate

Comme vous pouvez le voir, les mêmes aliments reviennent dans plusieurs assiettes. Le principe est de cuisiner un légume et un féculent pour trois voir quatre portions. On peut les faire à l’eau ou les rôtir au four et une fois que c’est fait, on peut les agrémenter de plusieurs manières tout au long de la semaine pour varier les goûts tout de même, en les accompagnant de la protéine de son choix. 

Bien sur ici, il ne s’agit que des assiettes d’hiver (à part pour les haricots mais ils sont congelés) d’où une certaine redondance, mais au fur et à mesure des saisons, il y aura d’avantage de choix. 

N’hésitez pas aussi à prendre des légumes congelés (mais attention juste cuits car les poêlées toutes faites son parfois très caloriques), ça dépanne bien et ça permet aussi de manger léger même quand on a pas trop le temps.

Il n’y a que depuis cette année que j’essaye de me forcer à acheter des légumes de saison et je vous le recommande vraiment pour toutes les raisons que l’on connaît déjà mais également parce que de cette façon, on se réjouit carrément de pouvoir manger à nouveau des courgettes par exemple au lieu d’en avoir consommé déjà toute l’année (oui quand on a mangé du chou tout l’hiver, on se contente de plaisirs simples XD).

 

Lasagnes gourmandes

Les bases de cette recette de lasagnes je les tiens de ma tata Huguette mais les femmes de ma famille y ont toutes apporté une touche personnelle et moi aussi. C’est ce qui est cool et pratique avec ce genre de plat, on peut le moduler selon ses goûts et même en faisant cela, il y a peu de chance de le rater (contrairement à la pâtisserie qui est d’avantage une science exact).

Phat thaï à ma façon

Ce weekend je me suis risquée à cuisiner un phat thaï. Je dis risquée parce que je trouve que c’est toujours compliqué de tester une cuisine dont on ne connaît pas les bases. La cuisine française je l’ai eu dans le biberon, les goûts, les techniques, les produits, je les connais et j’ai l’intuition qu’il faut pour les moduler ou les adapter si besoin. Mais quand on s’attaque à des recettes qui viennent d’ailleurs, on part de zéro et le résultat peut être décevant. Parce qu’on a pas les bonnes épices ou qu’on ne connaît pas vraiment les proportions et la manière de faire. Et si on a pas forcément le temps d’aller dans des magasins spécialisés ou le budget pour aller apprendre sur place ou prendre des cours, le mieux c’est de ne pas s’acharner à vouloir faire « comme là-bas » et se dire qu’on fait à sa façon 😛