Ma reconversion professionnelle

Suite à de nombreuses questions de votre part, j’ai décidé de vous proposer un article au sujet de ma reconversion professionnelle (qui est en court) ☺ Au gré de mes conversations avec certains d’entre vous et plus généralement dans mon entourage, j’ai pu remarquer que c’était une considération partagée par beaucoup de gens. 

Alors si vous y pensez sans vous l’avouer, sans oser ou si vous envisagez de vous lancer, voici quelques pistes qui pourront vous aider je l’espère même si chaque reconversion est spécifique et ne suis pas le même chemin.

Le déclic

On peut se retrouver dans la mauvaise voie pour pas mal de raisons. Pour ma part, ça a été avant tout à cause d’un manque de maturité. Je n’étais pas prête au moment où il aurait fallu l’être pour me lancer dans les études que je souhaitais suivre. La peur de l’échec, d’être loin de ma famille, m’ont menés vers ce que je pensais alors être la solution de facilité : des cours ou je n’avais pas besoin de trop m’impliquer, rester dans le lycée où j’avais passé mon bac, avec un cadre scolaire qui me rapprochait de ce que j’avais connu jusqu’alors et me permettait de ne pas fournir trop d’efforts…

Mais rester dans sa zone de « confort », ça ne marche qu’un temps. Après quelques années dans le monde professionnelle, je suis me rendue compte, qu’il n’y avait rien de plus compliqué pour moi que de travailler dans un domaine qui ne me plaisait pas du tout. La facilité mène rarement à l’accomplissement de soi et à la réussite 😅 Je savais déjà que je ne pourrais pas continuer comme ça ad vitam aeternam.

« La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur, chacun en détient la clé. »

 

Jacques Salomé

Le premier pas

J’ai donc travaillé 5 ans dans les ressources humaines pour finalement arriver au point de non-retour où c’était : faire une dépression ou prendre une décision. J’ai eu la chance d’obtenir une rupture conventionnelle par mon dernier poste. Soyons clair, je ne vous recommande pas de démissionner sans avoir un plan. Si vous êtes en poste, une rupture conventionnelle vous permet de toucher le chômage contrairement à la démission. Etant donné que je n’avais encore rien mis au point, je ne pouvais pas tout laisser tomber et faire une croix sur mes revenus. Si vous faites une reconversion en ne sachant pas réellement ce que vous voulez faire ensuite, votre décision doit être le fruit d’une introspection et d’une réflexion profonde, il faut prendre le temps d’analyser son passer professionnel, ses forces, ses faiblesses et se donner les moyens d’entreprendre. Pour cela, je pense qu’il ne faut pas être sous pression et avoir la tête prise par le job que vous voulez quitter ou par des soucis d’ordre financiers.

Le bilan de compétences

J’ai choisi de faire un bilan de compétences parce que même si j’avais des idées, il fallait que je fasse le tri entre les bonnes et les mauvaises. J’avais besoin que l’on me donne des outils pour structurer ma pensée. Sachez que pôle emploi propose un bilan de compétences gratuit via le CEP (conseil en évolution professionnelle, voir infos ici) . Je n’ai pas choisi cette option car elle demande plus d’autonomie. Vous n’avez pas de conseillé à proprement parler mais on vous met à disposition des outils en ligne.

J’ai fait appel à mon compte de formation pour financer un bilan dans une agence spécialisée. Le prix vari entre 1200€ et 1500€ et c’est à vous de sélectionner la structure qui vous convient. Vous l’avez compris c’est une démarche qui a un coût non négligeable et il faut aussi prendre en compte le fait que si vous utilisez tout ce que vous avez sur votre CPF, ce sera ça en moins pour financer votre formation (si elle est nécessaire).

Je vous avoue que j’ai démarré mon bilan en pensant que quelqu’un allait me mâcher tout le travail et me dire : voilà vous êtes faite pour ça, il faut aller la et je vais vous inscrire (encore mes mauvais réflexes de flemme totale 😅). Et bien ça n’a pas du tout été le cas. J’ai eu 18h de rendez-vous individuel sur 6 mois et bien plus de travail personnel. Ma conseillère m’a aidé à me poser les bonnes questions, à mettre en avant ce qui avait été positif dans mon parcours et ce que je ne voulais plus retrouver mais aussi à mettre le doigt sur ce qui m’intéressait ou me passionnait. Elle m’a enfin aiguillée sur les différentes formations possibles. Mais le reste, c’était à moi de le mettre en place par moi-même. Et à juste titre, le fait de vous bouger et de devoir vous débrouiller par vous-même pour trouver les bonnes infos fait partie de la démarche de reconversion. Cela vous montrera pour quel domaine vous êtes prêts à vous démener ou non! 

La décision

Au cours de mon bilan, j’ai pu faire ressortir 4 potentielles orientations professionnelles. A travers des recherches, des discutions avec des personnes travaillant dans ces domaines etc j’ai pu mettre de côté 3 options pour n’en garder qu’une seule. Ca a été une évidence et les idées que je n’ai pas sélectionnées ont été assez rapidement mises de côté. J’ai effectué des stages et fait des démarches de mon côté pour obtenir la formation qui m’intéressait (recherche de financement, dossiers de candidatures, auto-formation via notamment la création de mon blog). J’ai été tellement soulagée à ce moment-là d’avoir trouvé un projet qui m’enthousiasmait qu’aucune des démarches qui m’attendaient ne me faisait peur.

« Le plus difficile c’est de se décider à agir, le reste n’est que de la ténacité. »

 

Amélia Earhart

Les difficultés

Même en en ayant plus que marre de son travail, ce n’est pas facile du tout de prendre son courage à deux mains pour changer de vie. On se met en danger, on sort de sa zone de confort et on prend le risque de se tromper, de regretter, de rater. Tout ça il faut le prendre en compte, mais pas trop! Soyez déterminé et sur de vous, envisagez le meilleur et non le pire. 

Tout le monde ne sera malheureusement pas bienveillant avec vous. Tout au long de mes recherches, je me suis souvent heurtée à des gens qui n’avaient pas envie de m’aider. Mais il y en a heureusement beaucoup qui ont pris le temps de répondre à mes questions, de me donner des conseils, de me parler de leur expérience (merci beaucoup à eux ❤).

Vos démarches peuvent prendre du temps. Si comme moi vous souhaitez démarrer une formation, ce ne sera peut-être pas de suite et c’est parfois très long et démotivant de devoir attendre mais le jeu en vaut la chandelle!

La réorientation peut également engendrer des coûts importants alors n’hésitez pas à vous renseigner sur les financements de votre régions, les dispositifs qui sont à votre disposition bref tout ce que vous pouvez solliciter pour ne pas que ça vous coûte un bras!

Mes conseils

Dans l’idéal, ça aide beaucoup d’avoir un entourage qui vous soutient. Pas besoin d’une ola générale mais ce sera beaucoup plus facile si votre conjoint(e) vous encourage. Il y aura toujours des sceptiques autour de vous alors ne vous démontez pas à la première objection ou critique. Ce n’est pas à eux d’être convaincu mais à vous-même!

Donnez-vous les moyens de votre réussite! Les choses ne vous tomberont pas toutes cuites dans la bouche et il faudra vous investir à fond pour aboutir à un résultat. Ça ne fonctionnera pas si vous faites ça à moitié.

Ne reniez pas votre passé même si vous pensez avoir fait des erreurs. Utilisez le car tout ce que vous avez pu apprendre au cours de votre expérience professionnelle ultérieur vous sera utile y compris (et même surtout) vos erreurs. Je ne regrette pas du tout mes différentes expériences car elles m’ont appris beaucoup et j’y ai rencontré des gens formidables!

Acceptez de redémarrer du début. En règle générale vous n’aurez pas d’expérience à proprement parler dans la voie que vous aurez choisie alors mettez votre égaux de côté et acceptez d’être à nouveau débutant et maladroit 😋

Quoi qu’il en soit tout ça c’est une question d’envie. Si vous pensez à quelque chose sans jamais vous lancer, c’est que vous n’en avez pas vraiment envie ou que ce n’est pas le bon moment. Quand vous serez prêt (ou à bout), vous trouverez en vous les ressources nécessaires pour tout accomplir. La vie est trop courte pour se lever le matin la mort dans l’âme et compter les minutes à votre bureau. Il n’est jamais trop tard pour changer d’avis et changer de vie.

Je ne suis qu’au début de ma reconversion je ne peux donc pas vous parler de résultat à proprement parler mais une chose est sûr, je ne me suis jamais autant épanouie et je vais tout faire pour que ce projet aboutisse. Je referai un point avec vous si j’estime avoir davantage de choses à vous dire sur le sujet ☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *