Le sport en confinement

Aujourd’hui je suis confinée comme tout le monde et j’ai du mal à continuer le CrossFit à la maison. Même si ma communauté reste active avec des partages d’entraînements sur FB et des séances en visio, pour moi cela n’a pas d’intérêt d’en faire chez soit sans coach, ni matériel. En plus, l’atmosphère anxiogène n’aide pas à trouver la motivation indispensable à la pratique de ce sport.

J’ai essayé plusieurs applications notamment celle de Sonia Tlev qu’on m’a conseillée et qui apparemment donne de très bons résultats mais je n’ai pas trop adhéré au concept qui se rapproche des cours de cuisses abdos fessiers que j’ai pu faire il y a longtemps. Je cherchais quelque chose qui me plaise vraiment et qui me permette de passer cette période plus sereinement et en ayant découvert quelque chose de différent.

J’ai fait une séance de yoga dans un studio à Mulhouse il y a quelques temps et j’ai vraiment aimé. Avec le Crossfit, j’ai parfois l’impression de ne pas faire du bien à mon corps et souvent même de le martyriser. C’est très intense et il n’y a pas de place pour l’introspection ou le calme. Le côté gracieux et chorégraphique me manque aussi parfois c’est pour cela que je me suis tournée vers cette discipline. J’ai donc acheté le programme d’Asana Rebel (à 37,99€). C’était un bon début et cela m’a occupé pendant quelques semaines. Mais je trouve qu’on vient vite à bout des séances proposées et que l’intensité n’est pas assez haute (surtout en temps de confinement ou on est très sédentaire).

Depuis quelques jours je suis sur Daily Yoga. J’ai pris une formule à 20,99€/mois même si la formule à l’année est bien plus intéressante (il y a une offre en ce moment à 7€ et quelques je crois) mais j’ai préféré le côté sans engagement pour le moment. Je trouve l’application vraiment bien faite et il y a de tout. Il y a du yoga pour se détendre, pour méditer ou pour le mal de dos par exemple et aussi des sessions beaucoup plus intensives mêlant des mouvements de Pilate. Il y a aussi des programmes pour améliorer sa souplesse comme par exemple un module pour arriver à faire un grand écart facial (mais j’y vais mollo parce que les urgences sont déjà bien occupées ?).

L’application vous permets de suivre ce que vous faites, les programmes que vous avez prévu de faire, le nombre d’heures passées à s’entraîner. Ils proposent aussi de faire un test au début pour tester son niveau de souplesse etc.

Je découvre vraiment autre chose avec cette application et je peux vous dire que j’ai de sacrées courbatures ! Il faut de l’équilibre, de la souplesse et de la concentration. En essayant de tenir les poses, sans vous en rendre vraiment compte, vous sollicitez tous les muscles de votre corps et à la fin vous sentez que vous avez tout travaillé. Alors pour le moment je suis débutante, je ne peux pas tout faire comme la dame dans la vidéo (qui à toujours l’air très détendue et me demande de mettre ma tête contre mon genou alors qu’il est à 50 cm plus haut ?), mais j’ai envie de progresser et je me réjoui d’en faire. Il y a aussi des périodes de relaxation ou on prend le temps de faire le vide et de relâcher les tensions c’est donc bénéfique à la fois pour le corps et l’esprit.

C’était vraiment ce dont j’avais besoin en ce moment, le côté technique, ludique, concentration, relaxation etc

Voilà pour moi et j’espère que vous aussi vous arrivez à vous bouger un peu. L’important est de trouver quelque chose et quelque chose qui vous fait du bien. Ne vous fixez pas des objectifs trop difficiles, ce n’est pas le moment. Soyez bienveillant avec vous-même et sachez être fiers de ce que vous faites. 

En revanche sans tapis de yoga ou au moins tapis de sport classique, c’est très compliqué car il faut adhérer au sol pour pouvoir tenir les poses.

Le sport et moi

Il y a quelques années, j’aurai continué cette phrase en disant : le sport et moi, ça fait deux.

Très jeunes, mes parents nous ont inscrites ma sœur et moi à la GRS (gymnastique rythmique et sportive). C’est un très beau sport et je n’étais pas mauvaise mais je ne supportais pas le côté trop « compétition » qui me faisait perdre mes moyens. Les filles qui en faisaient avec moi étaient de petites jeunes filles sûres d’elles alors que moi j’étais encore un bébé. Mais mes parents tenaient absolument (et à juste titre) à ce que je pratique un sport. J’ai donc essayé plusieurs autres possibilités : le basket, le ping-pong, la danse moderne… Mais pour ne rien vous cacher, je n’avais pas l’envie. Je ne voyais pas trop l’utilité de me forcer à en faire et plus largement je ne saisissais pas l’intérêt du concept.

Ajouter à cela le fait que jusqu’à mes 16 ans j’avais une silhouette longiligne et tonique sans rien faire et que j’étais beaucoup plus préoccupée par les garçons que par ma moyenne en EPS. Je n’étais pourtant pas plus douée dans le premier domaine mais j’y mettais beaucoup plus de cœur et de motivation XD

Ma meilleure amie qui est très sportive a bien essayé de m’initier à la natation mais sans grand succès. J’ai fait d’autres tentatives mais sans aucune conviction et surtout sans aucun plaisir. C’est au cours de mon année de Licence que j’ai rencontré deux nouvelles amies qui m’ont proposé d’aller faire un cours de jump à Décathlon. Pour ceux qui ne connaissent pas, cela consiste à effectuer une série de mouvements en sautant sur un trampoline.

A raison d’une fois par semaine, j’ai commencé à apprécier d’avantage le fait de se dépenser. J’appréciais aussi surtout le fait de retrouver mes deux copines et de pouvoir discuter et critiquer les autres tout en faisant du sport [smiley]. C’est également à ce moment-là que j’ai commencé les rééquilibrages alimentaires et cela m’aidait à perdre du poids et à me sentir mieux.

La salle de sport

Constatant les prouesses dont j’étais capable (#ironie), j’ai confirmé ma nouvelle hygiène de vie de sportive du dimanche en m’abonnant à la salle de musculation. Petit à petit je suis devenue plus assidue et j’y allais 3 à 4 fois par semaine. J’ai alterné pendant plusieurs années entres des périodes ou j’étais super motivée et je pratiquais souvent, avec des pauses, parce que je n’avais pas envie. Et puis la salle de sport, ce n’était pas pour moi. Je ne voyais pas du tout de résultats ou de progression significative, je faisais toujours la même chose, et j’étais la plupart du temps seule avec mes écouteurs. 

Le crossfit

Un jour, des amis m’ont convaincue de venir faire une séance d’essai dans leur box de CrossFit. J’étais plus que septique. Pour moi c’était un sport de brut avec une ambiance de camp d’entraînement militaire et j’étais persuadée de ne jamais pouvoir suivre. J’avais peur d’être ridicule, que les autres se moquent de moi et qu’en me voyant suer sang et eau au bout de deux « burpees », on me raccompagne gentiment à la sortie. Je ne peux pas dire que dès la première heure de pratique j’ai eu une révélation et me suis dit que ça allait être ma passion mais j’avais envie de me lancer et l’ambiance m’a tout de suite plu. Ça fait maintenant plus de deux ans et demi que je pratique ce sport et voici les points positifs :

  • Contrairement à la salle ou tout le monde se scrute du coin de l’œil (surtout les filles entre elle…allé faites pas genre hein ! XD), l’ambiance est beaucoup plus détendue, positive et bon enfant.
  • On fait les WOD (séries d’exercices à haute intensité cardio ou haltéro pendant 10 à 40 min) tous ensemble et on se soutient quand quelqu’un est à la traine.
  • Les coachs sont là pour vous motiver et vous aider si besoin et on n’est pas seuls sur son tapis à regarder des séries sur son portable pour passer le temps…
  • Le fait qu’on ne choisisse pas l’entrainement nous pousse à aller vers des exercices qu’on ne se serait pas imposés seul et c’est ce qui permet à la fois de se dépasser mais aussi de s’améliorer là où on n’était pas très bon.
  • Si vous êtes réguliers (3 fois par semaine au moins) les résultats sont vraiment impressionnants. En commençant, j’avais des hanches très développées, les bras peu dessinés et les fesses plutôt plates et en peu de temps j’ai commencé à voir des changements. Bien sûr il y a toujours des parties du corps qui sont plus difficiles à dessiner que d’autres selon votre morphologie.
  • La communauté CrossFit est partout et c’est super quand on peut aller voir d’autres salles ailleurs en France ou dans le monde !
  • Si vous le voulez, vous pourrez aussi vous inscrire à des compétitions amateurs seuls ou à plusieurs et c’est toujours sympa de représenter sa box (salle ou on pratique le CrossFit) et de se mesurer aux autres.

Je n’ai pas vraiment de points négatifs mais plutôt des recommandations si vous êtes tentés par l’expérience.

  • Ne vous inscrivez pas si vous comptez venir une fois par semaine ou moins. Tout simplement parce que vous ne verrez ni résultat ni progression et que vous allez souffrir à chaque fois : pendant l’entraînement et ensuite avec des courbatures qui ne vous donnerons pas envie de revenir. Parce que les courbatures vous en aurez pendant 1 à 2 mois mais très vite vous n’en aurez presque plus si vous êtes assidu.
  • Ne soyez pas découragé si c’est difficile au début et que vous vous demandez ce que vous faites là quand on vous demandera de faire 100 burpees. C’est un sport qui demande de la régularité et de l’investissement, si on veut y trouver du plaisir. Un peu comme quand on va au ski une fois par an (j’en sais quelque chose [smiley]) GIF.
  • Il ne faut pas non plus en abuser et à trop haute fréquence on peut vite se sentir cassé avec des douleurs qui ne partent plus. C’est pour ça aussi que depuis quelques temps je réfléchis à combiner cette activité avec quelque chose de différent pour changer un peu.
  • Je vous conseille de trouver la box (salle ou on pratique le CrossFit) qui vous correspond. Elles ne se ressemblent pas toutes, certaines sont plus axées sur le côté compétition et performance alors que d’autres comme la mienne, sont plus familiales.

Ce que le sport m'a apporté

        Si j’avais su, j’en aurais fait beaucoup plus et beaucoup plus tôt. Quand on est enfant ou une ado un peu frivole comme je l’étais, on ne se rend pas compte de l’importance que ça a et de comment ça vous aidera dans votre vie future. Cela m’a aussi permis de mieux gérer mon poids, même si faire du sport ne fait pas maigrir fondamentalement, il permet d’aider à réguler le poids. Le dépassement de soi, l’esprit d’équipe, la persévérance, la discipline. Quand vous passez une journée difficile ou que vous êtes sur les nerfs, c’est un formidable exutoire. 

 

Ce que je vous conseille si vous voulez vous y mettre

  • Avant tout il faut que vous trouviez VOTRE sport. Le CrossFit par exemple ne correspondra pas à tout le monde mais il y a tellement de possibilités. Faites des séances d’essai, renseignez-vous, car vous n’y arriverez pas si vous n’aimez pas le sport que vous pratiquez.
  • N’attendez-pas d’avoir une révélation. Quand on ne fait pas beaucoup de sport ou pas du tout, on entend souvent les sportifs dire : « je ne pourrais plus m’en passer, c’est une drogue », mais je préfère vous prévenir, pour la plupart des gens ça devient plus une hygiène de vie, un besoin pour se sentir bien mais pas sous forme d’une activité que l’on ferait sans aucun effort.
  • C’est bien de trouver des amis pour venir avec vous au début, cela vous motivera et vous fera moins peur. Cependant, ne comptez pas trop sur eux mais uniquement sur vous-même. Et en groupe on a tendance à moins aller vers les autres ce qui est dommage car c’est aussi cela faire du sport, créer des liens avec de nouvelles personnes.
  • PAS D’EXCUSE : c’est la maladie du sportif débutant qui pour un oui ou pour un non pense qu’il est justifié de zapper sa séance. Ne vous dites pas : « j’irai peut-être au sport si je ne suis pas trop fatigué, si j’ai le temps, si les planètes sont alignées… », dites-vous plutôt « je vais au sport ce soir » point à la ligne.
  • Ne vous forcez pas trop non plus. Oui il y a quand même parfois ou on n’a pas envie. L’important dans le sport c’est aussi de s’écouter et de savoir si y aller nous fera du bien ou pas du tout. Et puis quand on travaille, ou que l’on a une vie de famille, on n’a pas toujours le temps alors fixez-vous un objectif réaliste et raisonnable.
  • Variez vos activités, ne faites pas tout le temps la même chose et sortez de votre zone de confort !

Voilà, maintenant y a plus qu’à 😉

 

 

Petite dédicace à ma sœur Fanny qui, si elle n’est pas toujours parvenue à me suivre, est toujours partante pour essayer de nouvelles choses avec moi <3

Routine repas de semaine

Routine repas de la semaine

Pour réussir à avoir une alimentation seine et équilibrée au moins la semaine, il faut de l’organisation et de l’imagination. Personnellement je fais mes courses une seule fois par semaine donc il faut essayer de penser à tout et d’anticiper les repas. Au-delà de cela, ce qui nous manque souvent c’est les idées de recette et c’est d’autant plus vrai quand on veut faire de la cuisine diététique.

Alors voici quelques conseils sur le sujet 🙂

Lorsque que vous faites votre liste de courses, n’essayez pas de prévoir de manière ultra précise tous les repas de la semaine, du midi et du soir et ce pour plusieurs raisons : 

– Vous allez exploser votre budget : une recette différente à chaque repas signifie beaucoup d’ingrédients et donc une note salée à la caisse.

– Vous allez aussi vite en avoir marre : nous avons tous des vies bien remplies et pas le temps de se lancer à tout moment dans un boeuf bourguignon, le but est donc de se simplifier la vie tout en mangeant du fait maison.

– Cela peut-être décourageant de chercher tous les jours une recette différente de la précédente surtout quand on veut faire attention à sa ligne, on est vite à court d’idée.

Par contre, si vous prenez les bons réflexes et que vous vous penchez un peu sur la question, vous pourrez gagner du temps et bien manger presque tout le temps.

.

Voici comment je procède : je pense à seulement quelques recettes que j’ai envie de faire pour la semaine à venir et pour lesquelles j’ai besoin d’ingrédients particuliers (lait de coco ou mozzarella etc). Pour le reste, je sais que mon but est de manger varié et sein donc je prends des légumes et des fruits (de saison la plupart du temps) sans forcément avoir une idée précise de ce que je vais en faire. Ce procédé me force à manger varier car je dois bien faire avec ce que j’ai dans mon frigo et cela me permet aussi de me creuser les méninges pour accommoder chaque met. En faite, les idées me viennent d’avantage quand j’ai une sélection limitée à ma disposition plutôt que quand je suis au supermarché et que je peux acheter tout et n’importe quoi.

C’est un peu le principe des paniers locaux que l’on peut commander prêt de chez soit (c’est d’ailleurs un système au-quel je pense faire appel très prochainement). 

Cette technique est d’autant plus efficace l’hiver ou on est très limités en choix durant plusieurs mois et ou il faut se faire violence pour aller vers des légumes pas forcément sexy de prime abord : chou, navets, fenouil etc. Mais on peut être agréablement surpris si on se de donne un peu de mal aux fourneaux ^^

Voici des photos de mes assiettes de semaine pour que vous puissiez mieux vous faire une idée.

Carottes, chou-fleur, butternut
Butternut, navets, pâtes aux poids cassés
Butternut, purée brocolies, pâtes au pois chiche
Hâché végé à la tomate, haricots verts, pâtes au pois chiche
Butternut, purée de céleri, quinoa
Épinards frais, chou rouge, butternut, œufs mollets
Chou rouge, butternut, pâtes au poids chiche, omelette vegan
Gratin de chou fleur, butternut, tofu au curry
Haricots verts, butternut, sauce tomate, pâtes complètes, purée de céleri
Pommes de terre, chou fleur, champignons, seitan
Boulettes végé, lentilles, carottes
Chou rouge, lentilles corail, riz, haché végé, sauce tomate

Comme vous pouvez le voir, les mêmes aliments reviennent dans plusieurs assiettes. Le principe est de cuisiner un légume et un féculent pour trois voir quatre portions. On peut les faire à l’eau ou les rôtir au four et une fois que c’est fait, on peut les agrémenter de plusieurs manières tout au long de la semaine pour varier les goûts tout de même, en les accompagnant de la protéine de son choix. 

Bien sur ici, il ne s’agit que des assiettes d’hiver (à part pour les haricots mais ils sont congelés) d’où une certaine redondance, mais au fur et à mesure des saisons, il y aura d’avantage de choix. 

N’hésitez pas aussi à prendre des légumes congelés (mais attention juste cuits car les poêlées toutes faites son parfois très caloriques), ça dépanne bien et ça permet aussi de manger léger même quand on a pas trop le temps.

Il n’y a que depuis cette année que j’essaye de me forcer à acheter des légumes de saison et je vous le recommande vraiment pour toutes les raisons que l’on connaît déjà mais également parce que de cette façon, on se réjouit carrément de pouvoir manger à nouveau des courgettes par exemple au lieu d’en avoir consommé déjà toute l’année (oui quand on a mangé du chou tout l’hiver, on se contente de plaisirs simples XD).

 

Mon rééquilibrage alimentaire

J’ai beaucoup hésité à rédiger cet article pour une raison simple : j’estime avoir perdu assez de temps à penser à mon régime alimentaire et à mon corps. Je n’arrive même plus à me souvenir réellement à quel moment de ma vie j’ai arrêté de manger sans me poser de question. C’est pourquoi je n’ai pas vraiment envie de m’étendre sur le sujet parce que justement c’est quand on commence à lui accorder trop d’importance que ça devient invivable et contre-productif.

Et puis ensuite je me suis dit qu’il était illusoire de faire comme si je n’y pensais plus jamais, comme si j’étais décomplexée vis-à-vis de la nourriture et que j’étais capable de ne pas compter les calories et surveiller tous mes repas. Alors au lieu d’être dans le déni, je préfère vous parler de mon parcours nutritionnel et vous donner les astuces et mécanismes de pensées que j’ai mis en place pour que tout cela devienne moins contraignant et moins restrictif.